Actualités


bbroudillon-bougies-parfumees-pavot-

UNE JONQUE CHINOISE. «Dans le port de Saïgon, Est une jonque chinoise, Mystérieuse et sournoise, Dont nul ne connait le nom. Et le soir dans l’entrepont, Quand la nuit se fait complice, Les Européens se glissent, Cherchant des coussins profonds. Opium ! Poison de rêve, Fumée qui monte au ciel, C’est toi qui nous élève aux paradis artificiels (…) Dans le soir au parfum lourd, Au gré de la fumée lente, Le fumeur se représente les plus beaux rêves d’amour (…)». Jacques Dutronc, Opium.